Parmi les 17 artistes :

Mathilde Boé

Mathilde Boé

Biographie & Filmographie

Monteuse de formation, je réalise et monte des vidéos depuis une dizaine d’année, alternant documentaire et teasing. J’anime aussi des ateliers cinéma pour différents publics. Je vis et travaille dans l’Aude. (entre Toulouse et Montpellier) Par ailleurs je m’intéresse à ce que l’on nomme le geste documentaire, filmer le réel, le raconter, comment représenter le monde, l’appréhender… en filmant, en montant mais aussi en transmettant à travers des ateliers, des interventions,de la programmation de films…tout ce qui constitue le cinéma me passionne, la recherche, la fabrication, la diffusion, l’échange, c’est pour moi une manière d’être au monde, un outil artistique mais aussi politique.

AUTOPRODUCTION/REALISATION DOCUMENTAIRE 2018 – FEMNAS (film-impression en immersion sur la première rencontre internationale des femmes en luttent) 2016 – De tes mains à nos yeux (Portrait documenté d’une marionnettiste) 2012/2013 – Une année aux sons des Barques (Histoire d’un chantier en cœur de ville) 2009/2010 – Dans ces silences (Autour d’une pièce de théâtre abordant la Retirada)

MONTEUSE Juillet 2017 – Corps solidaires, Réal : Emmanuelle Sanchez, La naissance de Kima, 5min Mai 2016 – Acorimage, Réal : Claude Pfaffmann, Au pays des hommes intègres, 52 min coproduit par la Radio Télévision du Burkina Juin/Sept 2015 – AICI, Collectif Artistique, web doc Narbonne Underground Août 2015 – Pages & Images, Réal : José Alcala, Totem 1, 10min Film pour le Musée Mémorial du Camp de Rivesaltes Juillet 2015 – DETZ, Collectif Audiovisuel Occitan, Chroniques durant l’Estivada Rodez

Femnas

Ce film retrace mon expérience au sein de la première rencontre féministe mondiale organisée par les femmes zapatistes au Chiapas – Mexique en mars 2018. C’est un film-impressions en immersion.
Au plus près des corps je cherche à capter ce qu’est le féminisme aujourd’hui, plus loin que les paroles, je veux voir ce que nous dévoilent les femmes en lutte. Construit comme un film documentaire-expérimental, il ne cherche pas à expliquer mais plutôt à vous plonger dans cette ambiance qui a rassemblé 6 000 à 8 000 femmes du monde entier dans une rencontre non mixte, organisée des mois en amont, en territoire zapatiste autonome.

Mathilde Boé
Production : L’Ouvre-Champ, 22 min, 2018

Présentation de l’association L’ouvre-champ qui porte le film L’association contribue à faire connaître le cinéma via des ateliers avec différents publics mais aussi par la mise en réseau avec d’autres structures, la réalisation de commandes vidéos ainsi que la production de film. Elle espère créer un lieu de diffusion de film en milieu rural Nous sommes persuadés qu’il est important d’ouvrir le champ de réflexion et d’analyse de tous et toutes par un accès à la richesse du cinéma, pour interroger notre regard sur le monde.


F&F : Sylvie Neve avec Laurent Cavalié

Barbe Bleue

Ingrid Gruyaert

Ingrid Gruyaert

« Voyage vers l’intérieure »
La magie des vibrations des bols en cristals, des bols tibétains
et autres instruments vous invitent d’allers vers l’écoute de
soi-même. Les sons harmonisent et équilibrent notre corps et
aide à détendre notre mental. Un moment pour (re)
contacter notre Joie de Vivre !
Expérience unique dans les cuves de la cave coopérative à
Davejean.
Dimanche 11 août (heure à présicer)
Ingrid Gruyaert
info 0687005173
Merci d’amener un tapis de yoga et un coussin.


Geneviève Michon & Philippe Deltour

Il s’agit de présenter des Arbres travaillés par les Hommes autant que des Hommes traversés par des Arbres. Raconter cette double histoire : celle des Arbres, témoignant dans leurs formes actuelles de leur côtoiement ancien avec les Hommes ; celle des Hommes inscrivant, dans les nœuds, les cals et les cicatrices portées aux troncs, leur histoire paysanne à la fois agricole et forestière.
Il s’agit de peindre, de dessiner, de travailler la photo pour restituer l’esprit et le lien : des mouvements du tronc, des envolées de branches, qui appartiennent pleinement à l’Arbre mais prennent leur source dans les gestes des Hommes, des enchevêtrements touffus qui évoquent la forêt mais racontent aussi l’abandon, la désertion des campagnes par l’Homme ; des silhouettes, des visages, des gestes, déployés autour des arbres familiers et épousant leurs contours.
Evoquer, donc, les traces de cette ancienne connivence entre l’Homme et le Végétal.

Présentation des auteurs :
Geneviève Michon est chercheur en ethnobotanique à l’IRD (Institut de recherche pour le développement). Les Arbres, c’est son métier. En particulier les liens que tissent entre eux, depuis l’aube de l’humanité́ et partout dans le monde, les Hommes et les Arbres.
Philippe Deltour est peintre. Dans son travail, il y a les Hommes, qu’il observe depuis longtemps dans leur quotidien, là où la vie a façonné́ les mains, pesé́ sur les dos, gravé les traits des visages. Puis il y a les Arbres, et on pourrait leur attribuer les mêmes qualificatifs. Le trait d’union n’est pas la vieillesse ou la sagesse comme on serait tenté de le croire, mais la vie.
Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer. Un premier projet les a réunis autour des genévriers thurifères de l’Atlas marocain. Une exposition qui a commencé à tourner en France et un livre en ont résulté. L’accueil qui a encensé ce projet les a incités à le mener plus loin (Marrakech en février-mars 2019, Mèze en mai 2019 ; Agde en juillet-août 2019).


Yseult Houssais


Raluca


Michel Brassac

 Stage proposé par Michel Brassac pour le 8/9 aout à 30 euros la journée :